Actualités RSI Les échos

Actualités RSI Les échos

Vous rencontrez un problème avec le RSI ? Vous pensez qu’il faudrait supprimer le RSI ? Voici un extrait d’article des échos publié le 01/02/17 qui vous explique que le RSI devrait être réformé.

Il est temps de réformer le Régime social des indépendants.

Avec l’émergence de la nouvelle économie, la question du travail indépendant, soumis au Régime social des indépendants (RSI) s’impose en force dans les débats. Ce statut pourrait même constituer un modèle d’avenir pour de nombreux actifs de notre pays.

Pour les indépendants, l’enjeu est de disposer d’une couverture adaptée à des besoins qui ne sont pas complètement les mêmes que ceux des salariés. Or, depuis de nombreuses années, et sous l’influence d’un « politiquement correct social », tout a été fait pour aligner en permanence sur le régime des salariés.

Comment les indépendants sont-ils couverts ?

Pour appréhender leurs besoins et les droits servis par leurs régimes obligatoires, passons en revue les différentes branches pour les artisans et commerçants :

Allocations familiales et remboursements de soins : les prestations sont identiques à celles des salariés. En revanche, en matière de santé, les cotisations sont plus faibles au profit des indépendants et leur consommation de soins est moindre.

Indemnités journalières : elles sont identiques à celles des salariés. Pour autant, est-ce pertinent ? Garantir l’arrêt de travail à partir de sept jours de franchise (ou trois jours en cas d’hospitalisation) se traduit par un début de couverture très rapide alors que dans le même temps, la prestation est limitée à 50 % du revenu dans la limite du plafond. Il serait plus judicieux de déclencher la prestation à compter du 91ème jour, comme le font les professions libérales et d’assurer une prise en charge intégrale passé ce délai.

Le système actuel garantit rapidement, mais de manière trop limitée. La couverture serait meilleure en débutant plus tard, mais en couvrant mieux.

Invalidité et décès : lorsqu’on compare avec la situation des cadres, le niveau de prise en charge des artisans et des commerçants est déplorable. C’est particulièrement vrai pour le décès. Est-ce normal que seuls des frais d’obsèques soient versés en cas de décès de l’entrepreneur ? Cette situation pose problème dans un pays dont le niveau de protection sociale compte parmi les plus élevés.

À ce stade, nous constatons que les régimes obligatoires prennent mieux en charge ce qui est fréquent, mais accessoire (remboursement de la visite chez le médecin, de la pharmacie, des indemnités journalières pour les premiers mois…) mais couvrent mal ce qui est rare, mais grave (invalidité partielle, professionnelle ou totale, décès).

Retrouvez l’intégralité de l’article du journal Les échos !

 Problème RSI :  Pour Qui ? Ω Nos Valeurs Ω Contentieux Ω Solutions Ω Actualités Ω Contact Ω Mentions Légales Ω Sitemap